Blog : SDN, le nouveau prix fou?

Alors qu’une nouvelle année s’annonce, je me demande toujours, en tant que commercial, quel produit sera à prix fou cette année. Ce n’est peut-être pas très chic de le dire, mais je suis là pour vendre, après tout. Et une vente commence souvent par une bonne histoire qui ne laisse personne indifférent ; suivie de la présentation d’un produit qui vous fait voir fondre votre problème, que l’on vient tout juste de vous créer gratuitement, comme neige au soleil.
 
Buzzzzzzzzzzzz…..
Alors de mon point de vue, les services marketing des gros fabricants de TIC sont coutumiers du fait de désigner chaque année un nouveau sigle qui fait le buzz. Un de ces sigles qui fait beaucoup causer, dont tout le monde a une opinion, mais surtout... qui va se vendre comme des petits pains. Bref, un nouvel acronyme que des garçons comme moi vont pouvoir emmener dans notre attirail, et à mon avis... cette année... il pourrait s’agir d’un sigle qui fait déjà du bruit depuis un certain temps : le sigle SDN.
 
S comme... 
SDN (pour Software Defined Networking, mais vous le saviez depuis longtemps), qui a effectivement tous les ingrédients pour bien nous faire râler pendant des heures de réunion. Parce que c’est amené de manière particulièrement complexe : on ne cesse de se demander si l’on en a vraiment besoin, et ce questionnement porte ce parfum aguicheur qui vous conduit à vous demander « mais alors, à quel moment se lancer ? ». Résultat : on ressasse et on hésite éternellement. Rappelez-vous des débuts du Cloud et du BYOD. 
 
Dans l’espoir de vous éviter (et m’éviter) une surabondance de réunions, je vous propose, en guise de vœux de bonne année, quelques paragraphes de décodage du marketing et ma modeste explication simplifiée de cette nouvelle hype.
 
Hyper Hyper...
À en croire les responsables marketing, le SDN concerne principalement le provisionnement, autrement dit la capacité de distribution intelligente et dynamique des configurations et des paramètres de notre réseau. En centralisant ceci, les gestionnaires du réseau peuvent agir et rapporter sur plusieurs couches OSI, ce qui vous propose un éventail de nouvelles fonctionnalités, combines et possibilités pour l’avenir.
 
De plus, le « caractère ouvert » de la gestion du réseau permet (dans la quasi-totalité des cas) de continuer le développement par des tiers via des API. De cette manière, toute une gamme de possibilités innovantes est à portée de main. De la connexion dynamique de bande passante à des machines virtuelles à l’automatisation complète de la livraison de services de réseaux, leurs lignes de produit SDN le permettent presque toutes.
 
Le SDN est donc quelque chose que vous souhaitez instaurer tout de suite, sous peine de voir vos clients partir en masse chez la concurrence... à en croire les responsables marketing.
 
Ou en est-il autrement...
Ce que ces responsables marketing ne vous disent pas sur le SDN, c’est que le potentiel réel du concept va bien plus loin. En effet, il est capable de piloter entièrement et de manière dynamique une marque et une infrastructure indépendante d’un logiciel. Et c’est là que le bât blesse...
Car le SDN touche les fabricants de réseau en plein cœur de leur modèle économique. Ces fabricants ont pu bien gagner leur vie par le passé grâce à des licences onéreuses qu’il fallait acquérir pour des fonctions situées à la périphérie du réseau. En ne proposant le SDN que sur une partie réduite, et non la totalité, de leurs services, la plupart des fournisseurs tirent un trait sur ce développement potentiel, dans une tentative obstinée de maintenir en vie ce modèle économique.
 
Par ailleurs, le SDN contraint également les fabricants à pousser de manière forcée le développement à leur point le plus vulnérable, à savoir la gestion de réseau. Compte tenu de la fréquence d’acquisition d’entreprises telles que Cisco, Juniper et HP, aucun de ces fabricants ne propose réellement de package de gestion pour l’ensemble de ses services. Le développement accéléré en la matière est en principe positif, mais c’est à se demander s’il va de pair avec la qualité nécessaire pour le SDN et si le développement par des tiers sur les plateformes API « ouvertes » est réellement aussi rapide que ce que l’on nous fait miroiter. Ainsi, il va probablement falloir attendre avant de voir des fonctionnalités vraiment affriolantes.
 
Prix fou
Faut-il vraiment se mettre au SDN ? Oui, au bout d’un moment, il va falloir se mettre au SDN. À terme, ce mouvement va effectivement simplifier la gestion de votre réseau, vous permettre d’élargir vos services, accélérer votre time-to-market et augmenter votre disponibilité. Mais encore plus important, à mon avis, c’est que vous pourrez d’ores et déjà réaliser une meilleure échelle de prix par port en puisant l’intelligence de la périphérie du réseau. 
 
Et ce malgré la tendance des principaux acteurs du réseau à verrouiller le marché en ne lançant que des variantes restreintes de SDN sur des familles de commutateurs/routeurs à licence et sans bibliothèque logicielle digne de ce nom... Mais attention ! Là où il y a marketing, il y a de belles réductions à obtenir, et c’est assurément ce qui va faire du SDN le nouveau produit à prix cassé, alors...
 
De mon point de vue, les questions de réseaux devraient désormais concerner, plus que le prix au kilo, le « déchargement » final et imprévisible du SDN. Car avec la demande croissante de bande passante 10GE, c’est avant tout vos ports d’accès (routeur ou non) qui déterminent les prix proposés à vos clients. Alors que le marché s’est relativement stabilisé en matière de connectivité 1GE, une lutte pour les parts de marché au niveau des bandes passantes plus importantes va avoir lieu lors des années à venir.
 
En ce qui me concerne, vous pouvez donc sortir de votre salle de réunion... et retourner à votre tableur. 
Si vous avez besoin de moi pour d’autres conseils sans pincettes, n’hésitez pas à me contacter.
 
Je vous souhaite une efficace et fructueuse année 2014,
 
Jan-Willem Sipman
Directeur commercial Infradata
 

Technology

Software Defined Networking (SDN)

.

Partners & references

Juniper Networks